SAN VALENTINO

L’histoire de Saint Valentin, Saint patron des amoureux est lié à la ville de TERNI en Ombria

Ville en territoire Ombrien, elle se nommait « Interamna   » (entre les eaux). Au iie siècle av. J.-C. elle fut conquise par les romains qui l’appelèrent « Interamna Nahars   ». Ils y firent passer la Via Flaminia, et creusèrent dans la région un canal encore visible aujourd’hui, connu sous le nom de Cascade des Marmore.

Ville natale de Saint Valentin, qui y mourut décapité un .

Voici l’histoire de Saint Valentin trouvée sur le site de la basilique San Valentino de Treni.

SAN VALENTINO, Vescovo e Martire, Patrono di Terni e Santo dell’Amore, venerato come Santo dalla Chiesa Cattolica, da quella Ortodossa e successivamente dalla chiesa Anglicana, nasce a Terni (allora INTERAMNA NAHAR) nel 175 d.c., sotto l’Impero di Marco Aurelio e fu consacrato, tra i primi Vescovi della Città e delle comunità cristiane della valle del Nera, da San Feliciano, Vescovo di Foligno, nel 197 sotto il Papato di S. Vittore I. La sua vita fu contraddistinta da un particolare zelo pastorale, da una grande umiltà e carità, da un particolare indefesso apostolato e da molti strepitosi miracoli. Pio e desideroso di patire per Cristo, mortificò il suo corpo con digiuni e cilici, glorificandosi soltanto della croce di Cristo. Era sempre intento alle orazioni e contemplazioni delle cose celesti, dedicando ad esse gran parte della notte; di giorno si impegnava nelle prediche e negli uffici episcopali. Spesso fu ritrovato genuflesso, visitato dalla grazia divina, si occupava della conversione delle anime confortando nella fede i pusillanimi. Da sempre molto vicino ai giovani, Valentino aveva la gentile abitudine di regalare, alle fanciulle ed ai giovani che gli facevano vista , una rosa del suo giardino. Nel 270 d.c. venne chiamato a Roma, e qui in particolare si dimostrò prodigioso nella conversione di Cratone Ateniese e Latino Oratore, e di tutta la sua famiglia insieme ai greci studiosi di lettere latine: Procolo, Efebo, Apollonio, di Cherèmone figlio del medesimo, quale era di morbo rattrappito, al quale grazie all’intercessione del Santo Vescovo gli fu restituita la salute. In seguito a questo stupendo miracolo, molti Idolatri si convertirono alla Fede Cristiana la quale era professata pubblicamente con fervore di spirito.   Tra coloro convertitisi ci fu Abondio, figlio di Furio Placido prefetto di Roma. Il Santo Vescovo fu accusato, dal Senato Romano, di essere un seduttore del popolo e un disturbatore della Pace della città di Roma. Dallo stesso Senato fu prima ammonito perché si convertisse al culto degli Dei e poi fu fatto picchiare con verghe di ferro. Durante quei tormenti, il Vescovo Valentino rendeva infinite grazie a Dio, perché era stato fatto degno di patire per il suo Amore! La costanza del medesimo e la conversione di Abondio provocarono di nuovo l’ira del Senato Romano, il quale , per affliggerlo maggiormente, lo consegnò nelle mani del prefetto Placido, che, pieno di rabbia per la conversione al cristianesimo del figlio, fece rinchiudere il Santo Vescovo in un’angusta prigione, con l’intento di farlo patire aspramente, credendo così di poter convincere il Santo a sacrificare se stesso agli Idoli, rinnegando il Cristo e mutare così gli animi delle persone da lui battezzate. Il Santo, invece, gioiva durante quei travagli, perseverando nella confessione di Cristo! Il prefetto Placido, vedendo vanificare il suo progetto, ordinò che Valentino, il seduttore del popolo romano, fosse decapitato. Fu decapitato il 14 febbraio 273.

 SAN VALENTINO, Évêque et Martyr, Patron de Terni et Saint de l’Amour, vénéré comme un saint par l’Église catholique, l’Église orthodoxe et plus tard par l’Église anglicane, est né à Terni (alors INTERAMNA NAHAR) en 175 après JC, sous l’Empire de Mark Aurelio et a été consacrée, parmi les premiers évêques de la ville et des communautés chrétiennes de la vallée de Nera, par San Feliciano, évêque de Foligno, en 197 sous la papauté de S. Vittore I. Sa vie a été marquée par un zèle pastoral particulier, par une grande humilité et charité, par un apostolat inlassable particulier et par de nombreux miracles sensationnels. Pieux et désireux de souffrir pour le Christ, il a mortifié son corps de jeûnes et de chemises de cheveux, ne se glorifiant que de la croix du Christ. Il était toujours déterminé à prier et à contempler les choses célestes, leur consacrant une grande partie de la nuit; pendant la journée, il se livrait à des sermons et à des offices épiscopaux. Souvent, on le retrouvait agenouillé, visité par la grâce divine, il s’occupait de la conversion des âmes en réconfortant les pâles dans la foi. Toujours très proche des jeunes, Valentino avait la gentillesse de donner une rose de son jardin aux filles et aux jeunes qui lui montraient. En 270 après JC, il fut appelé à Rome, et ici en particulier il se montra prodigieux dans la conversion du Craton athénien et de l’orateur latin, et de toute sa famille avec les savants grecs des lettres latines: Proculus, Efebo, Apollonio, de Cherèmone fils de le même, qui était de maladie rétrécie, qui grâce à l’intercession du saint évêque a été rétabli à la santé. Suite à ce miracle prodigieux, de nombreux idolâtres se sont convertis à la foi chrétienne qui était publiquement professée avec ferveur d’esprit. Parmi ceux qui se sont convertis, il y avait Abondio, fils de Furio Placido, préfet de Rome. Le saint évêque a été accusé par le Sénat romain d’être un séducteur du peuple et un perturbateur de la paix de la ville de Rome. Il a d’abord été averti par le Sénat de se convertir au culte des dieux, puis il a été battu avec des barres de fer. Au cours de ces tourments, Mgr Valentine a remercié infiniment Dieu, car il avait été rendu digne de souffrir pour son Amour! La constance de la même chose et la conversion d’Abondio provoquèrent à nouveau la colère du Sénat romain, qui, pour l’affliger davantage, le remit au préfet Placido, qui, plein de colère à la conversion de son fils au christianisme, avait le saint évêque. dans une prison étroite, avec l’intention de le faire souffrir amèrement, croyant ainsi pouvoir convaincre le Saint de se sacrifier aux idoles, reniant le Christ et ainsi changer les âmes des personnes qu’il baptisait. Le Saint, en revanche, se réjouit de ces troubles, persévérant dans la confession du Christ! Le préfet Placido, voyant son projet annulé, ordonna que Valentino, le séducteur du peuple romain, soit décapité. Il a été décapité le 14 février 273.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The maximum upload file size: 512 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, text, archive, code, other. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here