Portovenere, la sixième Cinque Terre

C’est un finistère comme seul l’Italie sait les faire, une bourgade de fin du monde aux maisons de pêcheurs chamarrées qui vient fermer par le sud les très populaires Cinque Terre de Ligurie : Portovenere. Élégamment surnommée « le golfe des Poètes » après que Lord Byron et Percy ou Mary Shelley en aient vanté le romantisme au 19ème siècle, cette péninsule a su rester discrète et assez préservée des touristes.

Et si la carte postale d’ocre et de bleu pâle semble un peu plus surannée que ses flamboyantes voisines des Cinque Terre – peut-être aussi à cause des bâtiments 70’s un peu rigides qui entourent le port – le village de Portovenere n’en recèle pas moins de mystérieux atours pour qui veut sortir des sentiers battus.

Des temples, des grottes, des falaises de rêve

« Ici, on doit beaucoup à la déesse Vénus, aussi bien pour le nom de la ville (Portovenere signifie « le port de Vénus« ) que pour cet ancien temple païen qui lui était entièrement dédié« , raconte la guide Sabrina Deghini à une dizaine de Français curieux. Devenu une romantique église de marbre noir et blanc célébrant Saint-Pierre, l’édifice religieux concentre aujourd’hui tous les regards vers l’extrémité de la presqu’île.

D’ici, la vue est grandiose ; elle donne sur trois îlots sauvages, d’anciennes falaises de marbre bicolores, quelques grottes sibyllines visitables en bateau, dont celle de Lord Byron, le tout enclavé par des eaux transparentes où l’on se baigne à toute heure. Côté terre, de longues falaises au coude-à-coude proposent aux amateurs de nature un sacré potentiel : des randonnées balisées, certes, s’ouvrant sur la baie enchanteresse, mais surtout le bloc rocheux de Muzzerone, réputé auprès des amateurs d’escalade pour être l’un des plus grisants d’Italie.

Dernier point de mystère autour de Portovenere : son accessibilité ! Petit royaume atteignable uniquement par la mer ou en voiture au prix de quelques routes de montagne, Portovenere ne fait pas toujours partie du circuit classique des Cinque Terre. Cela ne l’empêche pas de rester la plus belle aux yeux de ceux qui y ont toujours vécu : « C’est peut-être moins prestigieux, moins connu que les Cinque Terre, mais ce n’en est pas moins magnifique, au contraire ! » nous confie en secret Riccardo Tonnarelli, batelier conquis. Reportage d’Alban Mikoczy, Laura Tositti et Anne Donadini. France Info

Anne Donadini

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The maximum upload file size: 512 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, text, archive, code, other. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here