L’homme qui murmurait à l’oreille des papillons

Les humains n’ont pas l’apanage de la Dolce Vita, les papillons l’apprécient autant que nous ! Oubliés, les pays exotiques ; en Europe, les papillons ont trouvé refuge en Italie. En Toscane, plus précisément, ces animaux à sang froid ont fait du climat doux et chaud de l’île d’Elbe un havre de paix privilégié, qui héberge à ce jour le plus grand nombre d’espèces endémiques en Europe par rapport à sa superficie – 225 km2 surplombés par leur montagne favorite, le Monte Perrone et ses 1000 mètres d’altitude. C’est dans cette végétation prospère, surnommée « la Chapelle sixtine de la Nature », qu’un sanctuaire est né en 2009 pour protéger ces papillons, extrêmement rares car n’existant nulle part ailleurs, du braconnage – on les revend parfois 10 fois plus cher sur le continent !

Diffusé sur le blog du bureau de Rome de France info

« Je suis tombé amoureux des papillons à 4 ans, grâce à un livre sur eux qui m’a tout appris. Depuis, 45 ans ont passé et rien n’a changé » raconte Leonardo Dapporto, l’homme qui murmure à leur antenne, également fondateur du sanctuaire. Avec une facilité déconcertante, les Fadets elbois, les Belle-Dame, les Machaon et autres Citron de provence (un superbe papillon jaune !) se laissent nonchalamment capturer puis relâcher par l’entomologiste fasciné.

Une population de papillons qui décline

Ces faux yeux et ces couleurs chatoyantes qui subliment leurs ailes – celles-là même qui attirent les collectionneurs – sont aussi le miroir aux alouettes des prédateurs. « Elles envoient un signal d’alarme aux oiseaux qui voudraient les manger ; les papillons avertissent ainsi qu’ils sont toxiques« . Certains y laissent parfois des plumes.

Plus tard dans la nuit, l’équipe d’entomologistes de l’île d’Elbe nous présente les papillons nocturnes, captivés par une habile toile lumineuse mise en place par leurs soins : près d’une dizaine de Grands Paons de nuit, éphémères lépidoptères ocres de 10 centimètres de long, viendront se pavaner sous nos caméras. « Les gens l’ignorent mais 95 % des papillons existants sont… nocturnes ! Et la plupart vit entre quelques jours et quelques mois » explique Giovanni Timossi.

Au fil des ans, l’équipe étudie leur ADN pour les sauver de l’extinction. Les changements climatiques, les pesticides et l’agriculture intensive ont déjà fait drastiquement diminuer les espèces d’Europe du Nord et de l’Est. En Italie, les solutions sont déjà nombreuses pour les laisser voler de leurs propres ailes. Reportage d’Alban Mikoczy, Laura Tositti, Anne Donadini et Valérie Parent.

 

Anne Donadini

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The maximum upload file size: 512 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, text, archive, code, other. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded.