Larmes et Sourires de l’émigration italienne

La visite de l’exposition « Ciao Italia » fut pour moi enrichissante, j’y est découvert entre autre des métiers exercés par les italiens, pour moi j’en était au traditionnel maçon, agriculteur, mosaïste, pour les femmes ouvrières, gantières, femme de maisons..mais là il nous parle de « modèle »…les femmes italiennes étaient très prisées comme modèles pour les peintres et sculpteurs. J’ai voulu me documenter et j’ai déniché le livre suivant qui décrit la condition et les professions des Italiens en 1909.

L’auteur Raniero Paulucci de Calboli est un diplomate italien en poste à Paris, il suit l’affaire Dreyfus partisan de son innocence…vous pouvez lire sa biographie sur treccani.it ou bien sur it.wikipedia (c’est en italien…mais si vous utilisez chrome, vous faites un clic sur le bouton droit de votre souris et vous choisissiez « traduire en Français »…mais chut…c’est de la triche)

Le livre : vous pouvez le lire en ligne sur le site de la BNF en cliquant « lire le livre »

Larmes et Sourires de l’émigration italienne

 On n’a pas encore oublié le mot blessant prononcé par un écrivain du second Empire à l’égard de notre patrie : « L’Italie qui était jadis un modèle de pays, se trouve être aujourd’hui le pays des modèles. »
Le cruel calembour contient toutefois, on est bien forcé de le reconnaître, une part de vérité.
L’Italie a, en effet, une armée imposante de modèles à l’intérieur, qui pourvoit à l’envoi de nombreux détachements de ses troupes à l’étranger.
Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés