Italo Disco – Le son scintillant des années 80

La bande-son des étés dans les années 1980, kitsch ou novatrice ? Experts, témoins et musiciens reviennent sur l’eldorado italien de la mouvance disco.

« Un autre monde, où le soleil brille et où l’on veut juste s’amuser. » La citation d’un des producteurs de l’époque résume parfaitement l’émergence d’un mouvement musical qui balaya les plages et les discothèques de toute l’Italie, avant de fondre sur l’Europe, lors de la décennie 1980. Avec ses rythmes électroniques addictifs, ses rengaines audacieuses et entêtantes aux synthétiseurs (alors peu exploités dans l’industrie musicale) et son anglais plus qu’approximatif, le cocktail sucré de l’italo disco s’impose en un éclair – parfaite bande-son des « mégadiscothèques » qui poussent alors comme des champignons sur les côtes de la péninsule. Le groupe La Bionda apporte une généreuse contribution à cette déferlante avec ses clips futuristes. La reine du genre, Sabrina Salerno, finit d’immortaliser l’italo disco avec un refrain qu’il ne suffit que d’écrire pour agacer ou émouvoir une génération entière : « Boys, boys, boys!« …

Le révolution des syntés
Les critiques s’abattront vite sur cette musique tancée pour sa superficialité et, de l’aveu même de certains experts interrogés dans le documentaire d’Alessandro Melazzini, conçue dans le « but premier » de « faire de l’argent« . Pourtant, comme le rappellent habilement les témoins et acteurs de cet eldorado musical, le genre aura non seulement accompagné une révolution, celle des synthétiseurs qui bouleversa la manière d’enregistrer et de composer, mais aussi contribué à l’émancipation d’une jeunesse populaire dans les nombreuses boîtes de la côte italienne. As dans la manche, cette italo disco tant décriée aura également largement inspiré l’un des groupes les plus respectés et écoutés de la planète : Daft Punk.

Diffusé sur ARTE Durée : 53 min Disponible : Du 08/07/2022 au 11/09/2022 Réalisation : Alessandro Melazzini Pays : Allemagne Année :2021

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.