Conférence, immigration italienne en France

Par J Bertholet.

cofimmigrationDès le Moyen Age, l’émigration italienne commence avec les banquiers lombards. Ensuite, au fil de l’histoire, arrivent entre autres Catherine de Médicis, Lully né à Florence…, et d’autres plus proches, tel Alberto Codini, romain ayant construit sa famille dans un petit coin d’Anjou… Ils sont les exemples positifs d’intégration – et restent toutefois des cas isolés.

En 1861, l’Italie devient une nation. Cette transformation amène un bouleversement dans de nombreuses petites entreprises vouées à disparaître et dans la paysannerie. Beaucoup d’enfants naissent qu’on ne peut nourrir et qui partent tenter chance ailleurs. En un siècle, 26 000 000 d’hommes émigrent, en quatre vagues successives. Franchissant les montagnes, ils continuent et embarquent vers les deux Amérique, ou bien choisissent de rester, en France, Suisse ou Allemagne. Avec courage, ils deviennent mineurs, maçons, ouvriers, partout où les bras manquent, dans la construction des routes et bâtiments, l’industrie naissante ou les reconstructions d’après guerre.

Dans la troisième vague, de 1918 à 1945, Mussolini veut créer un empire italien sur la Méditerranée (Ethiopie), et freine les départs. Passé 45, les « ritals » arrivent en nombre à nouveau en France. D’ailleurs, ils ne sont pas toujours bien accueillis … de méchants souvenirs persistent, tels les sanglantes « Vêpres Marseillaises » de 1893 ou l’alliance de l’Italie avec l’Allemagne de 1939. Toutefois, quand les italiens participent massivement aux mouvements de grève, la preuve est faite qu’ils sont de vrais français … – notre conférencier, Jean Bertholet cite l’exemple de Trélazé où en 1913, les mineurs français et italiens, la main dans la main, ont fait la grève la plus longue pendant 80 jours.

Aujourd’hui, les italiens n’émigrent plus. L’Europe est en route, l’Italie prospère… Or, sa proximité avec l’Afrique du nord en fait une terre « d’immigration ». En France, des enfants d’immigrés sont dans nos mémoires. Yves Montand, Coluche sont parmi les plus célèbres – nos anciens se souviennent avec émotion des cyclistes Gino Bartali et Fausto Coppi. Villerupt, ville d’une dizaine de milliers d’habitants de Meurthe-et-Moselle a son Festival du film italien ! Nous adorons Roberto Alagna… Et nombreux sont les français qui découvrent leur italianité et ont besoin de renouer les liens. L’Amicale Italienne d’Angers en est bien la preuve ! La moitié de ses membres a un parent ou un grand-parent, ou même un ancêtre lointain, d’origine italienne. Merci à eux, qui ont largement contribué à construire notre France d’aujourd’hui.

fpoitou

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés