Ciné-Pizza Una giornata particolare

C’est une soirée cinéma exceptionnelle, pour un film exceptionnel. Avec au dessert, un « après-film » chaleureux, de discussions et de dégustations ! La bonne organisation, c’est Nicoletta. Le choix du film et les commentaires, c’est Michel Mory. Malgré un manque de neurones annoncé – non avéré, Michel explique le parcours du cinéaste Ettore Scola, ses premiers essais de scenarii, puis un emploi à la radio. Il se lance ensuite avec succès, en 1974, dans la réalisation de films. En 1977 il présente « Une Journée Particulière », film mi-historique et mi-social.
Cette fameuse journée romaine est celle du 8 mai 1938, quand Hitler est accueilli en grandes pompes par Mussolini et une foule en liesse. Le grand immeuble mussolinien où se déroule l’histoire se vide de ses habitants, tous se précipitent vers les lieux du défilé, espérant au moins entrevoir le fameux Hitler. Disons presque tous, puisque trois habitants sont obligés d’y rester : une concierge, gardienne des bonnes mœurs et des immeubles, une mère de famille nombreuse surchargée de travail, Sofia Loren, et un homosexuel assigné à résidence, Marcello Mastroianni. Au cours de la jourées, les hauts-parleurs claironnent bruyamment ses commentaires du défilé. Pendant ce temps, dans les grand bâtiments vides, c’est la rencontre de deux solitudes : Antonietta, lasse de son rôle au service des enfants et d’un mari peu complaisant, et Gabriele dont l’ami est emprisonné alors que lui-même est malmené par les autorités et le qu’en dira-t-on. Quant à la concierge, elle prodigue de temps à autres ses conseils acerbes à Antonietta.

La partie historique ravive les souvenirs de faits annonciateurs de la guerre. Par contre, la rencontre entre les deux acteurs décrit deux problèmes de société lesquels sont, eux, toujours plus ou moins d’actualité : la condition féminine et l’homosexualité. Qu’en est-il en Italie ?…Non lo so. En France, on en parle encore…
fpoitou
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés